Nous avons l’un des meilleurs systèmes de santé au monde. Des professionnels compétents font de leur mieux au quotidien dans des circonstances difficiles. Mais notre système de santé menace de s’effondrer financièrement. Les coûts de la santé et les primes de l’assurance-maladie augmentent sans contrôle depuis plus de 20 ans. Si l’évolution actuelle de nos salaires reste identique, seule une minorité de la population aura à l’avenir les moyens financiers de rester en bonne santé. Personne n’a intérêt à économiser. Ni les médecins, ni l’industrie pharmaceutique, ni les hôpitaux, ni les cantons. Les partis de gauche et de droite se soustraient à leurs responsabilités et ne sont pas prêts à s’entendre sur des solutions connues et concrètes. La population en paie le prix avec des primes de plus en plus élevées. Nous devons enfin maîtriser l’augmentation des coûts de la santé. C’est le seul moyen d’éviter une médecine à plusieurs vitesses. 

Nous nous engageons pour que chaque personne puisse compter sur l’un des systèmes de santé les meilleurs et les plus performants du monde. Toutefois, le principe de solidarité ne doit pas jouer en défaveur de la classe moyenne. Il est temps de stopper cette dynamique. Nous voulons que la population ait son mot à dire sur les coûts de la santé.

  • Un frein aux coûts de la santé doit donc être introduit. Nous voulons éviter que les coûts de la santé augmentent plus vite que les salaires et l’économie dans son ensemble. Les Suissesses et les Suisses doivent avoir leur mot à dire sur le coût du système de santé. 
  • Les prix excessifs des médicaments doivent être abaissés.
  • Les possibilités offertes par la digitalisation doivent être activement exploitées. 
  • Les patients doivent pouvoir prendre plus de responsabilités. Les factures doivent devenir plus compréhensibles et contrôlables, les médecins doivent informer leurs patients sur la prévention. 
  • Les interventions ambulatoires doivent être encouragées et les capacités des hôpitaux réduites dans le même temps. Si les lits ne sont pas occupés, ils doivent être supprimés.

Seniors

  • Nous mettons en œuvre le concept Senior+
  • Nous anticipons l’augmentation de la population âgée et promouvons un accompagnement mesuré, adapté aux besoins réels de chacun ; nous soutenons les districts dans l’élaboration d’un concept de prise en charge des personnes âgées.
  • Nous encourageons le maintien à domicile et favorisons le déploiement des ressources qui le rendent possible. Nous promouvons l’habitat groupé en collectivité à proximité des EMS pour favoriser la complémentarité des infrastructures.
  • Nous demandons notamment une meilleure coordination pour le placement d’urgence des personnes âgées.

Santé

  • Nous nous battons pour une prise en charge optimale des patients dans les deux langues officielles du canton.
  • Nous veillons à ce que les orientations stratégiques de l’HFR tiennent compte des intérêts des patients de tout le canton.

Formation

  • Nous nous engageons pour une école de qualité dans un climat serein.
  • Nous mettons en application les loi et règlement scolaires : nous soutenons la création des conseils de parents et accompagnons les communes dans l’organisation des cercles scolaires.
  • Nous soutenons une pédagogie spécialisée pragmatique qui défend l’intégration des enfants aux besoins particuliers en tenant compte également de la charge des enseignants.
  • Nous promouvons le système de formation duale et encourageons la formation continue.
  • Nous faisons du bilinguisme une priorité en général et à tous les échelons de l’enseignement en particulier.

Culture

  • Nous soutenons la culture et en particulier l’augmentation de la subvention à la création.
  • Nous encourageons la médiation culturelle scolaire.